J’ai testé Teliman, un service de Moto-Taxi à Bamako

Préambule

Ce post est une revue indépendante. Je ne détiens aucune part dans la start-up Teliman et je ne reçois aucune compensation en retour. Par contre si Teliman souhaite me faire appel dans le futur, je serai à l’écoute et si conflit d’intérêt il y a, je ne manquerai pas de le déclarer.

L’idée du service

Les services de moto-taxis sont bien développés en Afrique de l’ouest et j’ai testé celui du Cameroun il y a quelques temps. Economique, rapide, mais pas toujours sûr à cause du danger inhérent à la moto. Je me demandais à quand un service similaire au Mali. Grace à Teliman, c’est fait. Petite start-up créée par des anciens Boursiers d’Excellence, le service est encore dans sa phase expérimentale, mais il y a du potentiel. J’ai vu passer plusieurs annonces sur les réseaux sociaux lors son lancement lancement. J’ai donc essayé Teliman pour en faire ma propre opinion.

Mon expérience

Les déplacements à motos dans Bamako sont considérés suicidaires par les bamakois eux-mêmes. Mais rester coincé dans les embouteillages n’est pas une bonne excuse pour rater des rendez-vous importants. Je me suis retrouvé ce jour sans moto et j’ai opté pour un taxi traditionnel pour le trajet domicile – premier rendez-vous de la journée qui était à Hamdallaye, non loin de Place de la CAN. Le trajet m’a couté 3000 Fcfa, avec des arrêts/détours le long du chemin pour prendre/déposer d’autres passagers. Pour le reste de la journée, j’ai opté pour Teliman.

La réservation

Pour réserver, il faut appelez la hotline au 91 68 99 11 ou aller sur la page Facebook pour trouver le contact. Un humain, pas un robot, demande la destination et le point de départ, puis vous assure que le pilote le plus proche va vous contacter. Quatre minutes, appel de ce dernier pour confirmer le point départ et me donne son temps d’approche estimé qui était de 30 minutes. La hotline prévoit un temps d’attente max de 45 minutes. Donc en horaire de pointe, il vaut mieux réserver à l’avance.

Premier trajet

Comme prévu, environ 30 minutes après ma réservation, ma moto arrive. Les Telimans reconnaissables facilement par le look des motos (Yamaha Crux, modèle indien debarqué en Afrique il y a quelques années pour se relancer) qui diffèrent de la très populaire “KTM Jakarta”, la tenue des pilotes et le casque supplémentaire au bras, réservé au passager. Je ne sais pas comment lui m’a reconnu, mais c’est un détail. Il vérifie le trajet à faire sur son smartphone et me demande si le prix fixé par la hotline me convenait (un peu plus de 500 Fcfa pour le trajet Hamadallaye – Badalabougou). Il me propose d’enfiler le casque sans vraiment me laisser le choix, à raison et nous voilà parti. Je n’ai pas eu temps de voir l’appli, mais le prix semble être fixé en fonction de la distance, donc pas de perte de temps à négocier un prix qui est déjà 2x moins cher qu’un Taxi, et potentiellement plus rapide.

IMG_2891

Premier déplacement avec Teliman, Bamako, Juillet 2018

Conduite souple et sans précipitation, le pilote maitrise. Temps total du trajet, 15 min. Nous sommes passés par des rues dont j’ignorais l’existence. Mais le chemin ne m’a pas semblé plus long que d’habitude. Une fois à destination, je paye la course. Il manquait quelques francs pour faire le change exact, mais je lui laisse la différence. J’ai déjà fait une bonne affaire.

Deuxième trajet

Content de mon premier voyage avec Teliman, je retente l’expérience pour rentrer à mon domicile (trajet Badalabougou – Boulkassoumbou) et cette fois en heure de pointe. Ayant enregistré le numéro Teliman dans mon répertoire, la réservation se passe comme précédemment, mais la moto était là en 20 minutes. Je n’étais pas exactement au point de rendez-vous et mon nouveau pilote m’appelle pour me prévenir qu’il m’attend au portail. Même procédure : destination, prix, casque et en route. Cette fois, mon pilote n’a pas pris le chemin le plus optimal (à mon gout) ou alors il a raté le carrefour. Je lui conseil le chemin à prendre et il accepte volontiers. Temps total du trajet, 35 minutes et environ 2000 Fcfa. Par contre, j’ai eu un peu mal aux fesses. Le taxi traditionnel m’aurait couté minimum 3000 Fcfa, mais aurait été un peu plus confortable, vue la longueur du trajet.

Le verdict

Le service reste encore anonyme, mais la start-up en est encore à ses débuts. Les points forts sont le prix et la rapidité, mais plutôt pour des trajets courts et pour se déplacer dans le centre-ville et les alentours. La moto n’est pas le moyen le déplacement le plus sûr, surtout à Bamako, mais les deux pilotes que j’ai eu furent extrêmement prudents dans leur conduite. Une application pour l’usager serait la bienvenue afin de faciliter les réservations et suivre en temps réel l’approche de la moto. Le temps d’attente peut sembler long, mais qui peut se targuer d’arriver à l’heure aux rendez-vous à Bamako ?

 

 

 

Advertisements

2 thoughts on “J’ai testé Teliman, un service de Moto-Taxi à Bamako

  1. Reblogged this on Rêveries d'un senior solidaire and commented:
    J’ai beaucoup d’amitié pour une des personnes qui anime Teliman. Ingénieure Arts et Métiers, elle pouvait faire carrière en Franc comme beaucoup d’autres. Elle a eu le courage de rentrer au Mal, d’abord par amour pour son pays mais aussi pour répondre aux réalités sociales qui le gangrènent.
    Ce billet a le mérite de montrer l’avis d’un usager qui n’est pas tout à fait lambda. Il a aussi le mérite de traduire en langage de tous les jours l’application d’un modèle économique.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s